La phytothérapie, une médecine alternative qui revient en force. Bienfaits, Définition, Salaire, Formations, Tarifs, Reconnaissance

Qu’est-ce que la phytothérapie ?

La phytothérapie est une médecine qui se base sur les principes actifs des plantes. Son nom vient du grec « phytos » qui signifie “plante” et « therapeuo » qui veut dire “soigner” ; donc il s’agit de se soigner par les plantes.

Pratiquée depuis l’Antiquité, cette médecine était déjà connue par les Sumériens et les Égyptiens qui utilisaient des plantes en décoctions filtrées pour se soigner. Les plantes ont été utilisées depuis toujours dans la pharmacopée de pratiquement tous les peuples.

Cette pratique est considérée par l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé) comme une médecine traditionnelle et est très utilisée dans certains pays. Elle est souvent considérée comme une médecine non conventionnelle, car il n’y a pas toujours des études cliniques systématiques. Cette pratique se base sur les connaissances empiriques des plantes et sur leurs effets reconnus depuis l’Antiquité. Il s’agit d’une approche holistique, qui s’intéresse aux effets de la plante dans sa globalité, sur tout l’individu.

En phytothérapie traditionnelle, les plantes sont utilisées fraîches ou séchées. La composition chimique d’une plante n’est pas la même dans toutes les parties qui la compose, c’est pourquoi une partie bien précise de la plante est utilisée pour un type d’affection. Ces parties de plantes peuvent être la racine, les feuilles, les fleurs, les tiges et sont employées entières ou broyées dans un sachet-dose pour obtenir une tisane qui peut être préparée par infusion, par macération ou par décoction.

Des procédés plus récents permettent la fabrication de poudres à partir des plantes, soit par un broyage classique soit par cryobroyage. Ces poudres sont ensuite conditionnées sous forme de gélules la plupart du temps, et présentées comme le « totum » du végétal. Toutefois, il faut faire attention à la concentration afin de ne pas risquer des surdosages. C’est une des raisons pour laquelle la réglementation en France exige, dans le cas des médicaments à base de plantes, qu’ils soient enregistrés auprès de l’Agence nationale du médicament et qu’ils subissent une expertise toxicologique.

Un autre procédé utilisé consiste dans l’extraction qui permet l’obtention d’une forme  concentrée en principes actifs soit pulvérulente, soit pâteuse ou encore liquide. Lors de ce procédé, après le broyage de la plante, la poudre est traitée avec un solvant, par contact ou par lixiviation. Ce solvant est l’eau, l’alcool, un mélange hydro-alcoolique ou encore la glycérine végétale et il est choisi en fonction de la solubilité des principes actifs recherchés. Le liquide obtenu par ce procédé est ensuite filtré pour éliminer le résidu insoluble. Puis grâce à l’évaporation sous vide, le solvant est éliminé entièrement ou en partie.

La PHYTOTHÉRAPIE - Bienfaits, Définition, Salaire, Formations, Tarifs, Reconnaissance

La PHYTOTHÉRAPIE – Bienfaits, Définition, Salaire, Formations, Tarifs, Reconnaissance

La phytothérapie désigne donc aussi la pratique qui se base sur la recherche scientifique ayant pour objet les extraits actifs de plantes. Elle consiste dans la fabrication de médicaments pharmaceutiques appelés aussi phytomédicaments. Cette pratique se base davantage sur les connaissances biochimiques et se préoccupe des symptômes des maladies et de l’action des principes actifs des plantes pour soigner.

L’herboristerie est associée à l’approche empirique de cette médecine et la phytothérapie plutôt à l’école scientifique, mais cette distinction tend à s’effacer de plus en plus puisque les deux approches se complètent réciproquement.

La phytothérapie comporte également la pratique prophylactique sans un but thérapeutique, comme la consommation de tisanes par exemple.

Cette médecine douce a de plus en plus d’adeptes dans notre société actuelle qui a bouleversé les équilibres à cause de trop de produits chimiques utilisés dans tous les domaines et en excès. Le retour au naturel se fait en force et la phytothérapie a conquis une place de choix non seulement par l’utilisation traditionnelle des plantes en tisane ou décoction, mais aussi sous forme de nouveaux conditionnements comme des gélules, teintures mères ou micro-sphères.

En France, la phytothérapie est considérée comme une médecine parallèle à l’allopathie et depuis 1986, sa pratique est reconnue par le ministère de la Santé.

Quels sont les bienfaits de la phytothérapie ?

La phytothérapie confère de nombreux bienfaits pour la santé. Les vertus des plantes médicinales sont connues depuis la nuit des temps et l’étude des principes actifs des plantes dépasse aujourd’hui la seule approche holistique avec la création notamment par  l’Organisation Mondiale de la Santé et l’Union européenne des organismes visant à recenser les usages traditionnels des plantes médicinales afin de les valider sur le plan scientifique et à mieux comprendre leurs mécanismes.

Les bienfaits d’une cure de phytothérapie sont nombreux, car la variété des plantes que l’on peut consommer permet non seulement d’améliorer la forme, la santé ou le bien-être grâce à leurs principes actifs naturels, mais aussi à agir sur de nombreux troubles. Ainsi, la phytothérapie peut avoir des bienfaits sur la digestion, le renforcement des défenses immunitaires, le cholestérol, la glycémie, la circulation sanguine, le transit intestinal, mais aussi sur la minceur, car certaines plantes favorisent l’élimination des graisses, tandis que d’autres sont diurétiques.

D’autres bénéfices apportés par les plantes sont liés au bien-être de la personne en aidant au traitement du stress, en favorisant la relaxation, la vitalité et en soignant les troubles du sommeil. D’autres plantes permettent de gagner un confort articulaire, urinaire, préviennent la perte de la mémoire, sont bénéfiques pour la vision ou la ménopause, etc.

Enfin les plantes sont très utilisées dans la cosmétique pour leurs principes actifs et notamment leurs bienfaits sur la peau, les soins prodigués aux cheveux, etc.

Comment se déroule une séance de phytothérapie ?

La première séance avec un phytothérapeute a pour but d’établir un bilan de santé de la personne, mais sans poser un diagnostic au sens médical du terme. D’ailleurs, c’est souvent le diagnostic établi par un médecin qui sert de base à l’intervention du phytothérapeute. Cette séance passe par des interrogations sur le trouble actuel de la personne, mais aussi ses antécédents, son mode de vie – alimentation, activités physiques, etc.

Le phytothérapeute vise à rétablir le terrain optimal pour le patient, à l’aide d’une stratégie ayant pour but l’harmonisation des systèmes biologiques de la personne. Le traitement que le phytothérapeute propose peut se concrétiser dans des tisanes, gélules, huiles, teintures mère, etc. Il permet ainsi d’agir simultanément à différents niveaux de l’organisme.

Le phytothérapeute oriente le patient vers les plantes qui sont adaptées aux troubles dont il souffre, l’aide aussi dans la prévention de la réapparition de ces symptômes grâce aux plantes, mais aussi souvent à une modification de l’alimentation et à l’adoption d’une meilleure hygiène de vie.

Une séance de phytothérapie dure entre une et deux heures et le nombre de séances proposé par le phytothérapeute peut varier entre 2 et 3 par an ou alors des entretiens plus réguliers si un suivi particulier est nécessaire.

Combien coûte une séance de phytothérapie  ?

Les tarifs des séances de phytothérapie varient entre 40 € et 120 €.

Annuaire des phytothérapeuteS – France – Belgique – Québec

Cliquez sur l’image ci-dessous pour accéder à l’annuaire et trouver tous les phytothérapeutes à proximité de chez vous.

Conclusion et avertissement

Pour avoir le titre de phytothérapeute, il faut être médecin. Tout le monde à cependant la possibilité d’être “conseiller en phytothérapie”. Une formation classique de phytothérapie ou herboriste suffit.

[Total : 2    Moyenne : 5/5]